Liberté et égalité des femmes dans l’Iran de demain

Liberté de la femme

L’éducation des femmes iraniennes est basée sur la religion et la coutume musulmanes. Elles sont croyantes et jouent un rôle important dans la société. Leurs responsabilités sont innombrables, mais qu’en est-il de leurs droits? L’Iran passera dans une nouvelle ère lorsque la liberté et l’égalité des femmes seront étudiées.

Quel genre de liberté revendiquent-elles?

De nombreuses responsabilités pèsent sur elles, mais la liberté de la femme en Iran est assez restreinte. Comme les femmes du reste du monde, elles souhaitent avoir l’égalité de droits humains. Dans les domaines politiques, sociaux et économiques, elles veulent avoir les mêmes droits que les hommes, peu importe leur classe sociale et leur âge. Elles demandent l’abolition de toutes sortes de discrimination. Elles souhaitent décider de leurs études, leur profession et de l’endroit où elles souhaitent vivre. Comme les femmes issues des autres pays, elles désirent divorcer et garder leurs enfants, donner leur nationalité à leurs enfants, acquérir une autre nationalité, quitter le pays et voyager en toute liberté, se vêtir selon leur goût, choisir elles-mêmes leur époux. Elles aimeraient aussi vivre pleinement leur vie religieuse. La foi en une autre croyance ne devrait donc pas les humilier. La privation forcée, l’intimidation et toutes sortes de violence à l’égard des femmes sont des infractions pénales. Elles revendiquent également l’abolition des lois épouvantables et brutales telles que la lapidation. Pour plus d’informations sur les droits des femmes en Iran, cliquez ici.

L’égalité des hommes et femmes en Iran

Les femmes iraniennes demandent à ce que les crimes contre les femmes sous prétexte familial soient abolis. L’Etat ne doit plus ingérer dans la vie privée de la femme. L’interdiction de l’exploitation des filles avant l’âge légal doit être mise en évidence. Les responsabilités familiales doivent être les mêmes aussi bien pour les hommes que pour les femmes: éducation et soins des enfants, emploi, ménage, etc. Dans la vie de couple, rien ne sera imposé à la femme et elle ne doit pas se marier avant l’âge légal. L’interdiction de la polygamie doit être étudiée. Les femmes de l’Iran peuvent choisir librement leur conjoint, de les épouser et de divorcer si elles le souhaitent.

D’un point de vue économique, les femmes doivent jouir des mêmes choses que les hommes: disciplines artistiques et sportives, emploi, services médicaux, alimentation et logement. Au travail, elles doivent avoir des droits égaux aux hommes: avantages complets et sécurité d’emploi. Au niveau de la gestion de bien, de contrats et d’héritage, les libertés des femmes en Iran seront les mêmes que celles des hommes. Dans le monde de la politique, elles souhaitent jouir des mêmes droits que les hommes.

Droits et liberté des femmes dans leur milieu social

L’État doit soutenir les femmes qui subviennent aux besoins de leur famille. Les femmes qui travaillent doivent bénéficier de garderies et de crèches payées par le gouvernement. La réduction du salaire et l’interdiction d’accès à certaines prestations durant la période de grossesse ne doivent plus être mises en place. De même pour leur licenciement pendant leur grossesse. Elles revendiquent l’abolition de l’obligation de port de voile ainsi que les contrôles au travail. Les femmes de l’Iran veulent choisir librement les vêtements qu’elles portent. Les prestations sociales (handicap, vieillesse, chômage, retraite) dont les hommes bénéficient doivent également être attribuées aux femmes.

L’âge légal des filles est de 18 ans. Les déclarations écrites et témoignages des femmes doivent avoir la même valeur que celles des hommes. Devant les tribunaux, elles doivent avoir les mêmes droits que les hommes. En cas de privation de liberté, de discrimination, de viol ou de violence, elles doivent avoir accès à des recours judiciaires et des protections de la loi similaires à ceux des hommes.

Cécilia Sarkozy : «J’étais fière de mon mari le soir de l’élection»
Le divorce des Sarkozy officialisé ?