Quelles sont les origines de la salsa ?

salsa

Si vous êtes de ceux qui aiment les rythmes des Caraïbes, vous avez sûrement déjà essayé la salsa. Vous n’êtes peut-être pas le meilleur, mais c’est un rythme qui vous accroche et vous fait vibrer. Cependant, que savez-vous de l’histoire de la Salsa ?

Essence de la salsa

L’histoire de la Salsa se situe vers la fin des années 60 et son début résulte de la combinaison de diverses cadences musicales afro-cubaines et internationales. Guaracha, son, guaguancó, mambo et chachachá constituaient certains des composants du produit. Cuba a tiré parti de toutes les richesses apportées par ses racines (africaines, espagnoles, anglo-saxonnes).

Cette nouvelle façon de danser a été propagée dans d’autres parties du continent américain, qui ont rapidement ajouté leurs propres composants. La combinaison des genres musicaux des Caraïbes et d’autres formes de styles américains telles que le jazz ont donné naissance à un genre musical unique et dansant : la salsa.
Le terme « salsa » désigne un mélange de condiments utilisés pour épicer la nourriture. Une analogie avec ce style de musique pour danser qui contient dans son esprit une fusion de plusieurs courants musicaux. Certains attribuent le choix de ce mot au succès remporté par le Cubain Ignacio Piñeiro avec sa chanson « Échale salsita », sortie en 1930. D’autres pensent que c’est le résultat du nom du groupe musical « Conjunto los Salseros » du Cubain Cheo Marquetti.

La dernière des versions renvoie au célèbre Johnny Pacheco, qui a intitulé l’un de ses albums du nom de « Salsa Na’Ma ». Quoi qu’il en soit, chaque théorie raconte une histoire convaincante à sa manière, cliquez ici pour plus d’infos.

Les différentes formes de la salsa

En Colombie, au Venezuela et en Équateur, la salsa est dansée de manière très vivante, où l’on distingue les mouvements agiles des pieds et des hanches, les hommes et les femmes essayant de projeter du bonheur.

La salsa colombienne

Un projet proposé par le ministère de la culture de Colombie, vise à naturaliser la Salsa colombienne, en la qualifiant de patrimoine culturel malgré son origine étrangère, puisqu’elle est présente sur le territoire colombien depuis plus de 37 ans et fait déjà partie de la culture et de la vie quotidienne des Colombiens. À tel point que la ville de Cali est appelée « la capitale mondiale de la salsa ».

La salsa cubaine

Elle est dansée avec des mouvements cadencés des hanches et des épaules. Les hommes et les femmes se tournent les uns autour des autres dans les deux sens et les mouvements des bras et des solos sont exécutés avec un rythme presque inégalé. Elle est riche en mouvements chorégraphiques, mais en général les Cubains mettent l’accent sur le jeu érotique qui s’établit entre le couple de danseurs, laissant la vantardise et l’exhibition pour la partie de la pièce connue sous le nom de montuno, lorsque le chanteur, le chœur et l’orchestre entament une sorte de contrepoint.

Forme de danse portoricaine

À Porto Rico, on préfère des mouvements de pieds et de hanches plus lents. Cependant, les Portoricains font beaucoup de pirouettes dans les compétitions de salsa. La salsa est un élément fondamental de l’île, elle les identifie en tant que nation puisque la salsa comporte également des éléments de bomba et de musique typiquement portoricaine.

Ce qu’il faut retenir

De nombreuses personnes sont convaincues que la salsa est née dans les années 70 à New York, mais il n’en est rien. La salsa, à la fois comme musique et comme danse, est née à Cuba au milieu des années soixante : les jeunes Cubains ressentaient le besoin de bouger plus vite, c’est-à-dire de suivre des rythmes plus accélérés, et plus librement.

Dans les années 70, la salsa a été introduite à New York par des émigrants cubains. De New York, il s’est ensuite répandu dans les Caraïbes, en Amérique latine, puis dans le monde entier. T

Jeux et animations d’événements à Nantes
Le Badminton aide rester en bonne santé et à garder la forme