Sortir de sa zone de confort grâce au voyage

Parfois, parmi les fans du sujet, il y a des conversations, en face à face ou sur différents réseaux sociaux, pour parler de sujets liés à cette grande passion qui est la nôtre, et l’un des plus populaires est justement celui-ci : pourquoi voyagez-vous ? Les réponses peuvent être innombrables, et elles sont toutes valables, car voyager est une expérience subjective et cela permet d’expérimenter la sortie de votre zone de confort.

Qu’est-ce que la zone de confort ?

La zone de confort est cette sphère de petites et grandes habitudes dans le domaine de la vie quotidienne, faite de choses plus ou moins agréables que nous connaissons bien, dans laquelle chacun de nous se déplace sans difficulté, et qui ne crée pas d’anxiété. Un exemple ? Aller au travail en voiture, faire la même chose, on le sait si bien qu’on pourrait le faire les yeux fermés, et c’est une petite sécurité quotidienne.

Sortez de la zone de confort et mettez-vous à l’épreuve

Voyager signifie avant tout essayer de dépasser certaines de mes limites, déjà cela peut être considéré comme un synonyme de « sortir de sa zone de confort », se mettre à l’épreuve. La première façon pour le voyageur de faire l’expérience de sortir de sa zone de confort est de faire un voyage indépendant, organisé de façon autonome. Ainsi, il faudra faire des recherches, choisir le logement, l’itinéraire, les visites à ne pas manquer. Personne d’autre ne le fera à notre place, nous nous en occuperons nous-mêmes. Dans le cadre de ce voyage ou itinéraire choisi, vous pourrez alors identifier certains détails ou situations qui nous poussent à abandonner notre sécurité habituelle pour nous aventurer dans l’inconnu.

On ne dit pas qu’il est nécessaire de tenter des expériences extrêmes, le parapente, le parachutisme, le fait de dormir dans une tente (oui, dormir dans une tente pourrait être considéré comme une expérience « extrême »), manger des cafards, faire du trekking en forêt, tout le reste. Ou plutôt, vous pouvez aussi faire ces choses, chacun décidera pour lui-même, mais vous pouvez aussi partir de choses beaucoup plus simples.

Prenons un exemple : organiser un voyage dans un pays où vous parlez une langue dont vous ne connaissez même pas un mot. Cela pourrait signifier sortir de la zone de confort constituée par sa propre langue couramment parlée, pour essayer de communiquer avec les gens d’un lieu étranger. On l’a fait plusieurs fois en allant simplement en France, une langue dont on pouvait jusqu’à récemment dire tout au plus bonjour et bonsoir.

Poursuivre des objectifs.

Chaque voyageur qui veut vivre ce genre d’expérience doit avoir conscience de ses limites, auxquelles il entend donner une bonne secousse, mais sans risquer d’entrer dans la « zone de panique », qui est générée lorsque vous faites, comme on dit, le pas plus long que votre jambe. En termes simples, il est normal d’aller dans un pays dont on ne connaît pas la langue, mais prenez au moins un livre de phrases, un dictionnaire et mieux encore, apprenez quelques expressions locales et quelles sont les coutumes du lieu, avant même de partir. Et si vous devez vraiment faire un trekking dans la jungle de Bornéo pour atteindre ce village isolé, n’y allez pas sans guide !

Elargissez votre zone de confort

Pour aller en France, à un moment donné, on s’est dit : et si on apprenait le français, au lieu de toujours aller un peu chez soi avec le cahier de phrases à la main ? C’était ça. On a décidé de sortir du confort des soirées d’hiver sur le canapé et de regarder la télévision, pour suivre un cours de français, ce qui a ensuite permis de commencer à ouvrir la bouche pour essayer de communiquer un peu mieux, chaque fois qu’on se trouvait dans un pays francophone.

Moral du conte de fées : apprendre les bases du français, on était déjà concentré sur le prochain objectif. Si on ne connaissait pas un peu la langue, en fait, on n’aurait jamais eu le courage d’aller en Nouvelle-Calédonie, un voyage dont on a toujours rêvé. Dans un pays si lointain, et peu habitué au tourisme, il était fondamental de connaître au moins les bases de la langue pour commencer à penser à préparer un voyage.

La beauté de ce « jeu », alors vous savez ce que c’est ?

Une cerise sur l’autre : une fois que vous avez surmonté une peur, un défi, vous vous sentez plus fort, même dans votre vie quotidienne. Vous pouvez ressentir le désir de continuer à essayer en vous mettant à l’épreuve sur autre chose, et surtout en apprenant de vos erreurs et de vos échecs, car ceux-ci seront toujours là, l’important est de ne pas s’attirer de graves ennuis pour imprudence ou négligence.

La cuisine locale

La gastronomie d’un pays fait partie de sa culture, au sens large, de son identité. Quand vous êtes en vacances, dans un pays étranger, profitez-en pour casser un peu vos habitudes alimentaires. Essayez un plat qui soit plus local. Sans tomber dans l’extrême qui consisterait à vous forcer à tous les repas, laissez-vous surprendre par de nouvelles saveurs, de nouvelles épices de temps à autres. Ça fait aussi partie du voyage !

Parler à la population locale

Une fois à l’extérieur, on n’hésitera pas à parler à la population locale. Dans un café, dans le bus, il suffit parfois d’un sourire ou d’un salut amical pour engager la conversation. Et ne vous freinez pas si vous ne maitrisez pas bien la langue, ou pas du tout, on arrive à faire passer beaucoup de choses avec quelques signes. Et en discutant avec les locaux vous pourrez apprendre tout un tas de choses qui ne se trouvent dans aucun guide !

Une nouvelle activité sportive

Quitte à être loin de chez vous et de vos habitudes, pourquoi ne pas en profiter pour essayer une activité nouvelle sportive. Il peut s’agir d’une formation au Kite-Surf par exemple, ou bien pourquoi ne pas essayer le Paddle-Board, ce sport très à la mode très bon pour les muscles stabilisateurs. Vous pouvez aussi vous offrir un baptême de l’air en hélico, une initiation à la spéléologie, allez-y en fonction de l’offre et de vos intérêts, mais vous trouverez très certainement une façon de bouger amusante.

Que voir dans les environs de Saint-Jacques-de-Compostelle ?
Les meilleurs parcs naturels de Majorque